Ton esprit, Potter, est bien trop faible. Trop faible face à ma puissance.
 

Partagez | .
 

 Le désespoir dans le vent [rp solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nymphadora TonksMétier/Étude : Auror
Parchemins : 92
avatar
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
MessageSujet: Le désespoir dans le vent [rp solo]   Mer 25 Avr - 18:11

Rp Solo

Everybody knows that the dice are loaded




Le vent est frais, froid. Il te décoiffe, mais tu t'en fiches, tu ne t'es pas particulièrement coiffé ce matin, ni les jours précédents. Le ciel est gris, aussi gris que tes cheveux. Tu n'as pas décidé de leur couleur, de leur humeur ; ils se sont imposé d'eux-même et tu les laisses, n'ayant aucune envie de les combattre. Ce n'est ni le lieu, ni le moment. Ce n'est pas un endroit pour se battre selon toi. Lieu de recueillement, de pleurs, d'adieux, de discours dans le silence. Les enterrements étaient il y a quelques jours. Pour Neville, Maugrey. Pas pour Sirius. Personne ne le sait, sauf les membres de l'Ordre. Sorcier non réhabilité, comment expliqué sans preuve qu'il était dans le Ministère dans le but de sauver son filleul et non pour le tuer. Personne ne vous croirait, surtout alors que le dernier des Potter a sombré. A abandonné. Abandonné aux Ténèbres et à la magie noire. Abandonné au désespoir et à la haine. Abandonné à la vengeance et à la soif de sang. Était-ce volontaire ou se bat-il encore contre le Lord Noir. Vous êtes persuadé que c'est la seconde option. Vous ne pouvez penser le contraire. Il faut que ce soit cela. C'est vital pour votre moral, pour votre...

Tu soupires.

Toutes ces pensées ne servent à rien, ne te permettront aucunement à avancer. A la place, tu préfères jeter ton regard éteint contre le coin du cimetière où vous avez déposez quelques fleurs maintenant fanées. Pas de nom, pas de corps. Vous ne pouvez pas vous le permettre. C'est ici que vous rendez hommage à l'homme qu'on a cru pouvoir briser, mais qui s'est battu pour le bien jusqu'à la fin de sa vie. Un véritable héros. Accusé à tord, craché au visage. Abandonné, trahi par ses amis, mais incapable de leur en vouloir. Sauf pour Pettigrew, songes-tu avec un relent de haine. Tes poings se serrent pour se relâcher tout aussi vite. C'est inutile. L'envie de te battre t'a quitté, s'est retiré de ton corps. Pour le moment. Tu sais que tu vas reporter toute ta rage sur tous les illégaux, les Death Eaters que tu croiseras. Mais, pour l'instant, tu avales difficilement ta salive, une boule dans ta gorge te gênant.

— Salut, cousin...

Ta voix se tait immédiatement. Tu ricanes, te trouvant des plus stupide. A quoi cela sert de le saluer. Penses-tu vraiment qu'il va te répondre, sortir du Voile et se poster à côté de toi avec sa nonchalance habituelle, râlant sur le manque de considération et d'effort que vous avez mis pour sa "sépulture". Non. Il faut que tu arrêtes de te leurrer. Qu'il reviendra. Tu es seule. Bel et bien toute seule et dans cette fin d'après-midi, tu te sens malheureuse et désœuvrée. Perdue. Ta main sur ta blessure guérie, tu te dis qu'il est des cicatrices qui ne guérissent jamais, malgré le temps et les efforts. La perte de ton membre, de l'adolescence et de ton cousin en font partie. A cela s'ajoute de l'assassinat de la famille Dursley.

— Je les ai vu, tu sais...

A qui parles-tu exactement, tu ne le sais pas vraiment, toi-même. Mais le besoin est là, très présent. Vider de ton sac dans le vent. Peu importe où tes mots aboutiront. Peu importe où tes syllabes fouleront le sol. Tu sais qu'il sera maculé de sang et de larmes.

— Les Dursley, je les ai vu. J'ai été parmi les premiers arrivés sur les lieux. Certains de mes collègues n'ont pas résisté au spectacle et ont vomi. Parce qu'ils étaient intact, tu sais, les Dursley. Snape ou Vol... Pott... je ne sais plus comment l'appeler. Tu-Sais-Qui ont utilisé un sort noir pour conserver les corps malgré l'incendie. Les corps. Pas les habits.

Tu souffles.
Tu trembles.

— C'était horrible, tu sais. Toutes les marques, le diagnostic rendu. Une torture. Est-ce vraiment Harry qui a fait cela. Pourquoi. Personne n'a compris. Tous mes collègues sont maintenant qu'il nous a totalement trahi. Est-ce vrai ? Je dors avec leur visage, l'expression si horrifiée encore peinte dans leurs yeux. Merlin...

Tu continues de parler. C'est inutile. Cela te soulage. Les larmes montent en même qu'un poids s'enlèvent pour laisse placer à un autre. Te sentiras-tu seulement soulagé un jour. Tu ne le sais. Tu murmures que tu n'as pas pu être présente pour le massacre de Clovelly. Une autre blessure nécessitant un autre séjour à Sainte-Mangouste. Auror d'élite, hein ? Tu parles, craches-tu avec hargne. Même pas capable de te battre sans écoper quelques blessures. Maugrey, du fond de son cercueil, doit avoir tant honte de toi et de ton incapacité. Même là, il doit grogner de te voir te morfondre. Mais que peux-tu y faire. Ce soir, tu n'as pas envie de relever la tête, de braver le mauvais temps.

— C'est inutile...

Et tout le monde le sait.

- Adrenalean 2016 pour Epicode.


I lost the moment when I believed in the utopia. They scoff at rules, corrupt their ideals. I eliminate the unreliability, the lie, the chaos. Be wary, Invité or Que Sombre Le Jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nymphadora TonksMétier/Étude : Auror
Parchemins : 92
avatar
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Le désespoir dans le vent [rp solo]   Mar 1 Mai - 15:02

rp solo

Everybody rolls with their fingers crossed




La nuit est tombée en même temps que ton moral. Ce ne devrait pas être grand chose, tu devrais être habituée. Après tout, tu t’es bien promis de ne pas baisser les bras. Mais alors que tu arrives proche du cimetières, tu ressens le besoin de voir ton cousin. Du moins, là où il aurait du être enterré. Près de son meilleur ami, James. A la place, tu te rends dans un coin à l’abri des regards. Là où de nouvelles fleurs ont été déposée. Tu ne sais pas quand. Tu ne sais pas par qui et tu t’en fiches. Cela n’a aucune espèce d’importance. Tu ne le salues pas, bien que tu en meures d’envie. La petite fille en toi souhaite réellement le faire. Comme garder une trace de lui, de sa présence. Comme si, de là où il se trouve à présent, il peut t’écouter, te conseiller. Te guider. Mais il faut que tu cesses de te leurrer. Il faut que tu grandisses. On peut parler dans le vent, mais il ne faut pas compter sur ce dernier pour nous répondre. Pas le temps. Pas l’envie.

— On a été piégé, cousin...

Piégé. Est-ce le bon mot. Tu as quelques écorchures, tes cheveux arborant toujours tristement cette couleur gris souris. Tes genoux sont déchirés et la paume de tes mains est douloureuse. Tu sens même du sang couler le long de ta joue. A moins que ce ne soit des larmes. Tu ne saurais le dire et tu t’en fiches. Piégé. Tu l’as été tant de fois et tu sais l’être encore, bien que tu refuses en parler à qui que ce soit. Une seule personne est au courant, et Merlin que tu regrettes sa réaction. Il te fuit quand tu t’approches et ce simple geste est plus que suffisant pour te lacérer le cœur déjà bien meurtri.

— On a été trahi. Un collègue qui a retourné sa veste. Des Death Eaters ont voulu nous piéger grâce à ses indications. Mais j’ai pu leur échapper, tu sais. Maugrey serait fier de moi. Vigilance constante. Ils étaient trop nombreux, on était pas préparé. On a du fuir. Ils nous ont poursuivi.

Tu serres les dents, haïssant cette faiblesse qui s’empare toujours un peu plus de ton corps. Fier de toi, hein. La bonne blague, craches-tu. Forcée de fuir alors que vous êtes censé représenter la loi et l’ordre. Mais tout fout le camp. Il y a des pourris et des vendus partout ; la preuve en est avec ce fameux collègue. Mais bon, nul doute qu’il est actuellement recherché et qu’il recevra un interrogatoire digne de ce nom. Quant au procès, tu ricanes de désillusion.

Tout fout tellement le camp.

— On était sur un gros coup alors on était une dizaine.

...

— On est seulement trois à avoir pu revenir sain et sauf au Ministère afin de donner l’alerte.

Et deux autres ont du être emmené d’urgence à l’hôpital Sainte-Mangouste à cause des très graves blessures qu’ils ont reçu. On t’a demandé de rester pour qu’ils te soignent également. Inutile. Tu as refusé. Là où tu as mal ne peut être soigné. Ne peut être guéri et tu as préféré tourner les talons et transplaner jusqu’à Godric’s Hollow. Voler est bien trop dangereux. Une ombre pourrait bien te suivre, découvrant ainsi où se trouve votre quartier général. Il est hors de question que tu courts ce risque. Alors tu te rends toujours à des endroits différents, jamais les mêmes, avant de terminer là. Dans ce coin de cimetière où ne se trouve aucune pierre tombale.

— A quoi on sert, franchement...

Les Death Eaters, s’il se font encore un peu discret, n’hésitent plus à se montrer au grand jour et à instaurer les chaos. Le ministre de la magie fait de long discours pour rassurer la plèbe inquiète, mais tu ne te leurres pas. Vigilance constante. S’il semble bien plus compétent que son prédécesseur, l’Ordre sait que ce n’est qu’un pantin du Lord Noir. Preuve en est avec son décret concernant les Nés-Moldus. Comment peut-on encore vouloir vivre à l’époque moyenâgeuse. C’est insensé. C’est désespérant.

C’est inutile.

Les sorciers noirs assoient leur pouvoir plus encore de jour en jour. Et, de jour en jour, il est inutile pour vous de vous débattre. Vous vous étouffez à petit feu dans leur cruauté. Est-ce que faire encore partie des Aurors a encore un sens dans ces temps qui courent. Vous êtes censé arrêter des gens défiant votre autorité, mettant à mal la sécurité de votre monde. Mais comment parvenir à effectuer votre travail lorsque vous ne pouvez même pas faire confiance à vos collègues qui vous accompagne. Mais tu gardes tout ceci pour toi, conscient que cela ne servirait à rien d’en parler à un membre de l’Ordre. Tous seraient outrés d’entendre tes propos et t’encenseraient de leur indignation et de ton manque flagrant de foi.

De toute façon, cela serait inutile.

Car tout le monde le sait.

- Adrenalean 2016 pour Epicode.


I lost the moment when I believed in the utopia. They scoff at rules, corrupt their ideals. I eliminate the unreliability, the lie, the chaos. Be wary, Invité or Que Sombre Le Jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le désespoir dans le vent [rp solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Héraclès - C'est géant ! Herc' est dans le vent! !
» Te souviens-tu de ces sourires innocents et de ces paroles dans le vent ? ~ Nina ♥︎
» Un diner tout en finesse
» ~ On hurle souvent, pour rien, dans le vent.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nimis Humilis :: Ecrivez l'histoire ... :: Monde des Moldus :: Grande Bretagne :: Godric's Hollow-