Ton esprit, Potter, est bien trop faible. Trop faible face à ma puissance.
 

Partagez | .
 

 17 juillet 1996 | Flashback| ◊ Là ou le regard ne porte pas [PV- Chaïm Law]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azenor G. MacMillanMétier/Étude : Guerriseur Chef au Service de Pathologie des Sortilèges
Parchemins : 14
avatar

MessageSujet: 17 juillet 1996 | Flashback| ◊ Là ou le regard ne porte pas [PV- Chaïm Law]   Ven 20 Avr - 23:25
Juillet 96 - Tant que chante la colombe par dessus le toit

17 juillet 1996 – Service de Pathologie des sortilèges, 4 ème étage, Sainte-Mangouste.
– 10 H 17 –
Adossée contre le chambranle de la porte de la salle de pause , la Medicomage Emerson observait d'un œil totalement las, la stagiaire de Strout qui dormais , assise sur sa chaise , le visage posé sur le bois ciré de la table de leur antre. Ses cheveux noirs étaient éparpillés de partout autour  de son visage mais elle était prête a parier que cette dernière bavait sur son oreiller de fortune. Est-ce que quelqu'un pouvait seulement lui en vouloir ?  Avec les événements récents, il n'y avait rien d'autre a faire que de profiter de la moindre minute de répit pour rattraper un peu de sommeil.  Le Service de Pathologie des sortilèges était totalement débordé, surcharger et les patients s'empilaient dans les couloirs sur des lits de fortune.  Ils manquaient clairement de personnels et tout ceux qui étaient libre dans les autres services, ou en congés avaient été réquisitionnés dans l'urgence. Néanmoins, ça ne voulais pas dire que les habitués de l'étage avaient moins de travail.

« MacMillan ! Si c'est pour dormir, rentre chez toi! »

Emerson avait levé la voix faisant sursauter la fautive qui s'était redressée l'air hagard essuyant son visage froissé par la fatigue , d'un geste de la main qui manquait clairement d'élégance. C'était surtout une preuve suffisante pour son aînée : elle avait bien bavé. Ce n'était sans doutes qu'un détail d'une trivialité accablante mais a l'extérieur de ce sanctuaire, il régnait un tel chaos, un tel enfer , qu'il était bon de se concentrer sur des choses qui étaient aussi bénignes et innocentes que le sommeil salvateur d'un collègue.

« J'dormais même pas …
_ C'est pas une critique, MacMillan. C'est plutôt un conseil. Rend-toi service et rend service a tout le monde. Rentre chez toi, prend une douche, et dors quelques heures avant de revenir. T'en a besoin tout le monde en a besoin...
_ Je vais bien je te jure …
_ Je ne vais  pas bien, sérieusement c'est quand la dernière fois que tu as pris une vraie douche et que tu as dormi plus de deux heures d'affilées?
_ Franchement je sais pas qui a dit ça mais j'ai déjà pris une douche ! Jeudi !
_ On est jeudi, triple buse ! C'était la semaine dernière ! Tu la ferme et tu rentre ! Je veux pas te voir ici avant au moins trois heures! »

17 juillet 1996 – Service de Pathologie des sortilèges, 4 ème étage, Sainte-Mangouste.
– 14 H 57 –
« Eh ben, quelle bouse hippogriffe …
_ C'est tout ce que ça t'inspire, sérieusement ...bon sang ...Everad ! Ça vous gènerai de vous manier un peu et de nous apporter cette saleté de potion calmante?
_ Tu sais, Strout, c'est pas parce que t'es sous pression que ça te donne le droit d'être un tel connard avec les autres !
_ Si c'est pour dire des vulgarités pareilles que tu l'ouvre, MacMillan j'aime encore mieux quand tu la ferme ! »

Garrick Strout avait fusillé sa stagiaire du regard alors que cette dernière globalement indifférence lâchait le patient qu'ils tentaient de contenir depuis plusieurs minutes pour arracher des mains du mage-infirnmier Everad la potion en question. Attrappant sa baguette de l'autre main elle avait fait signe a son chef de s'écarter un peu et de se tenir prêt.  Avec un sort de saucissonnage le pauvre hère avait été attaché a son lit de fortune et Strout avait usé de sa propre force pour l'obigler a ouvrir la bouge. Avec ce genre de patient on ne pouvait pas savoir ce que causeraient une trop grande profusion de sorts sur leurs personnes, il fallait éviter autant que possible tant qu'on avait pas identifié quel sortilège avait été à l'origine de leur crise. Azenor s'était empressée de lui enfoncer le goulot dans la bouche et de masser manuellement sa gorge pour le forcer a déglutir avec un air de sincère satisfaction qui laissait entendre qu'elle était mortellement fatiguée et qu'elle se satisfaisait de la moindre ridicule forme de victoire.

Maintenant il n'y avait plus rien a faire, juste attendre que la potion fasse son effet et que les examens puissent commencer.  Sortant de la chambre laissant son supérieur s'occuper d'un autre patient dans la même salle, la jeune sorcière avait posé un regard circulaire sur les environs. Comme pour se faire une idée plus ou moins fidèle de la somme de travail qu'il restait a abattre. Ses yeux accrochèrent une tignasse d'un bleu presque irréel et elle les frottant comme pour se réveiller d'un rêve persistant.

« MacMillan ! Tu tombe bien ! On a perdu Lockhart!
_ Rassure-moi, « Perdre Lockhart » ne veux pas réellement dire que vous avez perdu un patient dans le service... ? »

Le regard fuyant des deux derniers stagiaires arrivés dans leur département lui laissant entendre qu'elle avait parfaitement compris. Ses mains avaient fouragé ses propres cheveux y mettant un bordel monstre, pire que celui qu'il y avait déjà.  Elle massa quelques secondes son visage, des cernes noirs sous ses yeux plus gris que jamais et jusqu'à ses tempes douloureuses.

« Alors qu'est-ce que vous fichez encore là ? Vous ne devriez pas être quelque part a le chercher activement ?
_C'est seulement qu'on le trouvais pas et ...
_ Vous pensez sincèrement  que j'ai le temps de vous materner ? J'ai un enfant de huit ans dans la chambre du fond du couloir qui vomit du sang noir par interval de trente minutes et je ne sais toujours pas comment arrêter ça ou mieux comment expliquer a des crétins qui ont obtenu le droit d'être parents qu'ils ne peuvent pas tester la magie noire -même défensive- en présence de leur gosse. Et c'est qu'un cas sur une liste qui n'en fini pas. Alors si vous avez fini de pleurer comme des banshee, tirez vous en vitesse et mettez vous au travail ! »

Elle avait craché avec un dédain si violent qu'elle se surprit elle-même. Elle allait vraiment finir par craquer si tout le monde dans se service continuait d'agir sans la moindre fichue logique et ne sortait pas de sa catatonie. Oui, la situation était terrible mais est-ce qu'ils ne pouvaient pas agir en professionnels au lieu de se lamenter sur leur sort ? Est-ce que ce service allait se gérer tout seul et que tout ces gens allaient être soignée par la magie du saint slip de Merlin ?

17 juillet 1996 – Service de Pathologie des sortilèges, 4 ème étage, Sainte-Mangouste.
– 15 h 29 –
« Dites quelqu'un a trouvé quelque chose pour le gosse de la chambre du fond ?
_Emerson a dit que Strout était entrain de bosser sur une potion avec le préparateur en chef et qu'en attendant c'était toi la patronne.
_ Ah, ah la belle affaire...c'est ton café numéro combien ?
_Tu n'as aucune réelle envie de le savoir, MacMillan. Allez je te laisse sur le bateau qui coule moi je retourne dans mon service !
_ Je te hais Magnuson ! »

Mais Harley Magnuson une jolie rousse d'une trentaine d'année riait aux éclats et filait déjà hors de la salle de pause du quatrième étage. Et son propre regard accrocha la tignasse bleue inattendue d'un jeune asiatique et se retournant elle avait lancé a la cantonade.

« Je crois que c'est pour toi Ozzy ! »

Poussant le jeune homme vers la Guérisseuse  avec un clin d’œil qu'elle sortait de Circé savait ou avant de disparaître dans l'ascenseur du personnel. Son café a moitié vide et surtout très froid dans la main gauche, Azenor MacMillan était sincèrement en train de se demander si elle devait réellement considérer l'existence de cet enfant. Il avait l'air en bonne santé  et elle n'avait pas admit de patient asiatique de la journée. Est-ce que c'était un gosse adopté ? Non il serait venu la rencontrer avant si jamais il avait eu des question ou une urgence médicale familale ? Ou alors un des crétins d'externe l'avait mal renseigné ? Elle était prise d'un furieux doute. D'un autre coté elle pouvait en profiter pour justement l'ignorer tout foutre sur le dos des incompétent, les faire virer et dormir sereinement ? Juste un quart d'heure . Vingt minutes si elle osait rêver.

« Hum ...on a du café? »

Elle avait commencé avec l'éloquence d'un géant en crise hypoglycémie.

« Qu'est-ce que tu viens faire ici, gamin ? Je vais pas te mentir c'est pas exactement la période rêvée pour taper la discute avec un guérisseur. Pour une raison ou une autre il semblerait des gens crèvent par quintal dans ce stupide royaume qu'on prétend « Uni »...haha. Sans blague. Surtout pourquoi ils faut qu'ils débarquent tous dans mon fichu service ? »

Elle avait reniflé avant de dérider son air pincé. Ce gosse y était pour rien de toute façon , elle était juste a cran.

« Je suis le Guérisseur MacMillan. Azenor MacMillan. Les amis m'appellent Ozzy.  Qu'est-ce que je peux faire pour toi ? »

Elle avait tendu une main relativement ferme aux vues de la situation avant de regarder l'horloge murale.  Avec un peu de change les choses seraient calmes jusqu'à 19 heures ? Parfois elle se détestait d'être aussi idéaliste sur le plan du travail.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

17 juillet 1996 | Flashback| ◊ Là ou le regard ne porte pas [PV- Chaïm Law]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nimis Humilis :: Ecrivez l'histoire ... :: Monde des Sorciers :: Sainte-Mangouste-