Ton esprit, Potter, est bien trop faible. Trop faible face à ma puissance.
 
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | .
 

 Alhena Shafiq ~ Une dangereuse prédatrice.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alhena ShafiqMétier/Étude : Sixième année.
Parchemins : 105
avatar

MessageSujet: Alhena Shafiq ~ Une dangereuse prédatrice.   Mer 28 Mar - 12:20


Shafiq Alhena


INTRODUCE YOURSELF

« L’adolescence est le temps où il faut choisir entre vivre et mourir. »
NOM & PRÉNOM :
Alhena Shafiq.
SURNOM :
Léna, Princesse, Grande-Perche.
ÂGE :
16 ans.
DATE & LIEU DE NAISSANCE :
28 juillet 1980 à Ste Mangouste, Londres.
CLASSE SOCIALE :
Aristocratie.
ORIENTATION SEXUELLE :
Bisexuelle.
STATUT MATRIMONIAL :
Célibataire.
COMPOSITION FAMILLE :
Fille unique.
MÉTIER :
Élève de sixième année à Poudlard.
CAPACITÉ PARTICULIÈRE :
Legilimens.
NATURE DU SANG :
Sang pur.

Feat Monika Jagaciak.
PHYSIQUE
• COULEUR DES YEUX :
Elle possède des yeux bleus-verts. Un cercle bleu entoure un cercle vert, qui lui-même entoure la pupille.
• COULEUR DES CHEVEUX :
Elle possède des cheveux bruns, qui peuvent paraître châtains selon l'éclairage ambiant.
• CARNATION :
Alhena est pâle, mais ce n'est pas une pâleur maladive. Certaines personnes pourraient dire qu'elle possède un teint de poupée.
• TAILLE :
Elle mesure 1 mètre 67, ce qui la fait souvent dépasser ses camarades féminines. Cela ne la dérange pas dans la mesure où elle a en horreur l'idée même d'être regardée de haut.
• POIDS :
La demoiselle pèse 47 kilogrammes.
• CARRURE (musclé, svelte...) :
Shafiq est maigre et frôle l'anorexie. Ce n'est pas difficile de le remarquer, même si étrangement, ça lui va bien.
• DÉMARCHE (sensuelle, sautillante...) :
Léna possède une démarche que l'on pourrait qualifier d'assurée dès qu'on la voit passer. Il lui arrive de rajouter une touche sensuelle quand elle cherche à attirer l'attention de certaines personnes, surtout masculines, même si en réalité, sa démarche se suffit à elle-même pour attirer les regards.
• GESTUELLE (raide, vigoureuse, molle...) :
La sang-pure fait attention, tout le temps. Elle veut à tout prix éviter les mouvements superflus, ce qui donne une impression de contrôle, mais également de raideur pour sa gestuelle.
• TICS (sourire, claquer des doigts...) :
Elle possède un sourire narquois qui la quitte rarement. Elle fait claquer sa langue contre son palais quand elle est irritée. Elle frappe ses doigts en rythme contre les surfaces dures quand elle attend. Elle offre un regard indifférent, mais paradoxalement calculateur quand elle observe une personne pour la première fois. Elle a tendance à faire tourner sa baguette entre ses doigts, sans vraiment y faire attention ; d'après une rumeur, un élève aurait été brûlé par une étincelle envoyée par celle-ci alors qu'il passait à côté de la jeune femme.
• SIGNE PARTICULIER :
La demoiselle possède une certaine prestance qu'elle doit autant à son nom, qu'à son attitude et qui attire des regards souvent envieux. Elle possède une bonne dentition, mais deux dents de devant, au niveau de sa mâchoire supérieure, sont légèrement détachées l'une de l'autre ; ce que l'on appelle généralement les dents du bonheur.

IN YOUR MIND


   

DÉTAILS
• HABITAT (maison, château...) :
Alhena habite dans la dernière demeure appartenant à la famille Shafiq qui n'a pas été détruite par Grindelwald. Un manoir situé en plein centre du Londres Moldu, à l'instar de l'une de ses familles cousines, les Black.
• RICHESSE (pauvre, riche...) :
La sang-pure est une personne possédant une fortune. Son coffre à Gringotts est même gardé par un dragon, pourtant, la sorcière n'est pas la seule a en profiter pour le moment. Sa tutrice, son unique tante, une cracmol déshéritée ne se gêne pas pour se servir également en prétendant le faire pour Alhena, pour le moment.
• BAGUETTE :
Alhena possède une baguette taillée dans un bois d'acacia. Elle a pour cœur une plume de phénix et mesure 29,9 centimètres. Elle est relativement souple. C'est une baguette capricieuse et difficile d'utilisation pour la sang-pure, mais en contrepartie, elle ne répondra jamais à l'ordre d'une autre personne que sa propriétaire, ne devenant qu'un simple bout de bois dans les mains d'un autre sorcier, aussi puissant soit-il.
• TON POINT DE VUE VIS A VIS LA SITUATION ACTUELLE :
Alhena ne répondra jamais réellement à une telle question, mais en toute franchise, elle a autant peur qu'elle jubile, ne serait-ce que parce que sa tante est terrorisée et que les moldus sont touchés.
• QUE PENSES-TU DE LA RÉPRESSION SUR LES NÉS-MOLDUS :
Alhena n'est pas pour la répression sur les nés-moldus. Elle n'a rien contre-eux en particulier. Elle avoue qu'il faudrait les contrôler, pour éviter que leurs idées arrivistes n'entachent la noblesse du monde sorcier, mais c'est tout. Pour elle, les nés-moldus ont tout autant droit aux autres de vivre. Après tout, du moins c'est qu'elle croit dur comme fer comme de nombreux sang-purs avant elle, s'ils sont capables de voler des pouvoirs à un autre sorcier, qui devient cracmol, ça veut dire que cette personne était simplement trop faible et indigne pour posséder la magie.
• SAIS-TU QUEL CAMP VAS-TU REJOINDRE :
Alhena ne sait pas si elle compte rejoindre ou non un camp. Pour le moment, elle reste passive, même si elle doit avouer une envie secrète, celle de rejoindre le Lord Sombre. Elle pense à tort qu'il pourrait être un mentor qui lui apprendrait la beauté de toutes les formes de magie et qu'il pourrait la guider pour devenir une aussi grande sorcière que lui, devenir son égale d'une certaine façon. Elle pense qu'il pourrait lui montrer le chemin à suivre pour que les Shafiq retrouvent une grandeur disparue depuis l'emprisonnement de Grindelwald. La haine féroce qu'elle ressent pour les moldus et les cracmols pourraient l'amener à s'immerger complètement dans l'obscurité, si le Seigneur des Ténèbres trouve les bons mots.
• QUE PENSES-TU DU NOUVEAU MINISTRE DE LA MAGIE :
Alhena ne sait très sincèrement pas quoi en penser. Elle n'est qu'une adolescente de seize ans, complètement pommée au final et qui n'a pas eu une vie facile, donc elle n'a aucune envie d'y réfléchir, sachant qu'il s'agit de politique. Elle s'avoue par contre être heureuse qu'il s'agisse d'un sang-pur.
• TA MATIÈRE SCOLAIRE FARVORITE :
La matière favorite d'Alhena est l'étude des runes. Elle n'est pas la meilleure de la classe, mais c'est sans doute la matière qui la fait travailler le plus, malgré les difficultés rencontrées.
• TES HOBBIES :
Alhena n'a que deux hobbies, le dessin et la lecture. Elle peut passer des heures et des heures à dessiner, sans s'arrêter. Elle possède par ailleurs un ouvrage destiné uniquement à cette activité, qu'elle ne montre à personne. Si une personne parvient à le feuilleter, il pourra remarquer alors que la jeune femme dessine uniquement en noir et que ses dessins sont toujours très sombres. Le dernier dessin qu'elle a fait est un portrait de trois personnes, une famille, assassinée avec la marque des ténèbres flottant au-dessus de leurs corps, par exemple. Ses dessins sont enchantés et bougent, dans une boucle infinie. Il est à noter qu'elle est très douée dans son activité. Pour la lecture, elle lit surtout des romans d'horreur sorciers.
• CE QUE TU PENSES DE LA TRAHISON DE HARRY POTTER
Étrange est le mot qui viendrait naturellement à la sang-pure, mais elle comprend parfaitement son choix. Après tout, il faudrait être fou ou suicidaire pour s'opposer au Lord Sombre, le plus grand sorcier de tous les temps. À sa place, Shafiq aurait déjà cédé depuis longtemps, donc elle ne le juge pas, et ce, même si elle ne l'a jamais aimé.
• COMMENT CACHES-TU TES SECRETS ?
Pour cacher ses secrets, Alhena ne les dit tout simplement pas. Elle en possède, de nombreux, comme n'importe quelle adolescente de son âge, mais elle préfère le silence à toute révélation qu'elle pourrait regretter. Elle ne fait pas confiance facilement, après tout, pour ne pas dire qu'elle n'accorde jamais complètement sa confiance à quelqu'un.
• TA CONSOMMATION DROGUE, ALCOOL, TABAC :
Alhena ne consomme pas de tabac ou plus exactement, pas de cigarettes. Il lui arrive par contre de fumer autre chose, en de très rares occasions. Il lui arrive par contre, fréquemment, de boire en cachette, même à Poudlard, quand elle est persuadée que personne ne la trouvera. D'une certaine façon, on pourrait la penser alcoolique et elle ne se gêne pas pour ordonner à son elfe de maison, Lith, d'acheter des bouteilles de whisky pur-feu en cachette et de les lui faire parvenir à l'école.
• TON AVIS SUR LE MASSACRE DE CLOVELLY :
Si ce n'est pas visible au premier abord pour une personne qui ne la connaît pas ou peu, il faut bien comprendre qu'Alhena a développé une haine féroce contre les personnes sans pouvoir magique, en grande partie à cause de sa tante, de son oncle et de son cousin. Pour elle, les moldus sont des nuisibles qu'il faut éradiquer et les cracmols des faibles – après tout, n'ont-ils pas laissé les enfants de moldus voler leur magie ? – qu'il faudrait réduire à l'esclavage. Vous devez donc vous en douter, la nouvelle fut pour elle jouissive, même si elle ne le montra pas. Elle osa même le fêter en cachette avec un bon verre de vin qu'elle vola à sa charmante famille.
• TON AVIS SUR LES CRÉATURES MAGIQUES (loup-garou, elfe de maison...) :
Depuis toute petite, Alhena vit avec sa tante, Cassidy, qui est une cracmol, ainsi que son mari, un moldu et leur fils, son cousin, qui ne possède pas non plus de pouvoir magique. Elle deviendra Lady Shafiq dès sa majorité et sa tante l'éleva à la dure, sous prétexte de cette optique, mais surtout par jalousie. Lith, l'elfe de maison de la famille Shafiq, fut pour demoiselle sa seule amie pendant longtemps, le serviteur ne répondant qu'à ses ordres à elle, considérant les autres personnes sous le toit du manoir comme étant indignes. Elle possède donc un grand respect pour les elfes de maison en règle générale et se montre très agréable avec eux. Pour les autres créatures, elle ne sait pas vraiment quoi en penser et ne s'y intéresse pas vraiment.
• AIMES-TU HOGWARTS ? TES PROF ? TES CAMARADES ?
Alhena devrait vous dire qu'elle se sent uniquement chez elle quand elle se trouve au manoir Shafiq, mais la présence de sa famille rend le lieu intolérable à ses yeux, sans compter son emplacement qu'elle ne supporte pas. Elle ne se sentit chez elle qu'à Poudlard et de fait, le château est pour elle sa demeure. Bien entendu, la présence de certaines personnes l'irrite et elle préférerait qu'ils disparaissent, comme l'amoureux des moldus Dumbledore, mais elle s'en accommode.
• COMMENT RÉAGISSENT TES PARENTS CONCERNANT LA SITUATION ACTUELLE ?
Les parents biologiques d'Alhena sont morts. Cassidy Snow, née Shafiq et tutrice de la sang-pure, a par contre excessivement peur. Elle est mariée à un moldu et possède un fils qui ne possède pas non plus de pouvoirs, alors elle est terrorisée à l'idée que des mangemorts s'en prennent à elle ou sa famille, sans compter qu'elle a élevé la future Lady Shafiq avec des gestes violents et qu'elle ne se gêne pas pour se servir dans son compte à Gringotts. Ce que Cassidy ne sait pas, c'est que la sixième année prie également tous les jours pour que les mangemorts ne s'en prennent pas à eux, car elle rêve de pouvoir les assassiner elle-même.
• TES RELATIONS AVEC TES FRÈRES ET SOEURS ?
Alhena ne possède aucun frère et aucune sœur, mais elle a grandi avec son cousin. Celui-ci poussait la sang-pure à faire des bêtises quand ils étaient plus petits en sachant que sa mère ne la croirait pas et qu'elle serait punie. Aujourd'hui, Eliott et elle se détestent complètement. Shafiq ne rêve que de lui faire la peau après l'avoir torturé des heures à grands coups de Doloris et, en attendant, s'amuse à ses dépens, comme elle fait avec les deux autres. Pour sa famille, la sixième année est devenue un bourreau qui prend plaisir à les torturer mentalement.
• TON AMBITION :
Alhena n'a pour ambition que deux choses : sa vengeance personnelle contre sa famille et redorer le blason des Shafiq. Elle veut que le nom Shafiq soit à nouveau prononcé avec respect et terreur, comme c'était le cas avant l'apparition de Grindelwald et la défaite cuisante qu'ils subirent face au mage noir en s'opposant ouvertement à lui. En effet, les Shafiq se sont fait décimer en grande partie par le mage noir et ses sbires.
• TA PLUS GRANDE PEUR :
La peur d'Alhena pourrait être perçue comme une peur lambda, presque stéréotypée. En effet, si elle se retrouvait face à un épouvantard, bien que la demoiselle possède de nombreuses peurs inavouées, il ne s'arrêterait que sur une seule d'entre elles, sa plus grande et se transformerait en cadavres. Les cadavres de son oncle, de sa tante et de son cousin. Si des personnes voyaient sa peur, ils se diraient que c'est normal pour une adolescente de son âge d'avoir peur de la perte de ses proches, mais la signification en est en réalité tout autre. Elle rêve de pouvoir se venger de sa famille, pouvoir les torturer – ce qu'elle fait déjà sans s'en rendre compte – et les tuer elle-même, bien qu'elle n'en ait pas encore les moyens. Si elle venait à retrouver sa famille assassinée, cela voudrait dire qu'on lui refuse sa vengeance et elle ne supporte pas l'idée.
• INFOS SUPPLÉMENTAIRES (habitude, aimer les glaces...) :
Alhena porte continuellement un pendentif discret en or, dans la forme d'un cœur, où les initiales de ses parents sont gravées dessus. G & A, pour Galaad et Adria. Il appartenait à sa mère. Elle possède également une bague, une chevalière qui s'ajuste automatiquement à sa taille, avec le blason des Shafiq gravé dessus, qui appartenait à son père ; une épée plantée dans un socle, un cobra enroulé autour de la lame, gueule ouverte vers les serres d'un corbeau qui l'attaque. Elle est allergique aux citrouilles et ne peut donc ni en manger, ni en toucher.

CARACTÈRE
Le premier terme qui viendrait à l'esprit pour définir le caractère d'Alhena, pour une personne qui la connaîtrait réellement, est méfiante. En effet, la demoiselle n'est pas le genre de personne qui offre sa confiance rapidement et aveuglément. Aujourd'hui encore, prétendre posséder sa confiance serait une erreur pour les personnes qui la connaissent. Seule son elfe de maison, Lith, pourrait le prétendre, mais elle est bien trop humble et modeste pour ne serait-ce que le croire. Le second terme que cette même personne imaginaire pourrait avouer est que la sang-pure est une personne secrète. Des secrets, elle en possède énormément, mais elle n'est pas du genre à les livrer. Ils sont bien cachés au tréfonds de son esprit, cadenassés et elle refuse de les offrir à quiconque, le plus gros étant sans nul doute son souhait, son envie de se venger, de faire souffrir les personnes qui l'ont élevé.

Et parlant de vengeance, Alhena est quelqu'un qui se trouve constamment en colère. Elle en veut à tout le monde, pour tout et elle est très susceptible même si ça ne se voit pas au premier abord parce qu'elle se force à être contrôlée. Quelqu'un qui parviendra à rendre docile cet animal dangereux pourra s'en rendre compte. Un rien peut l'irriter par exemple, comme le bruit de la mastication, les murmures dans son dos ou encore les regards envieux que certains élèves lui lancent, pensant sans doute qu'elle a une belle vie à cause de son nom et de son attitude. Une attitude avec laquelle elle ne se gêne pas de jouer, la rendant quelque peu paradoxale car elle aime attirer les regards sur elle. D'une certaine façon, elle en a besoin pour se sentir vivante, car comme toute adolescente de son âge, et même si elle ne l'avoue pas, Shafiq est complexée. Elle n'aime pas sa maigreur, ni son visage, mais l'envie des autres la fait relativiser et lui permet de tenir bon. C'est pour elle une béquille étrange et quelque peu malsaine.

Une béquille qui lui permet de ne pas sombrer complètement dans ces vices cachés, comme l'alcool ou encore lui évite de se montrer trop violente, que ce soit dans ses paroles ou dans ses actes. Si toutefois une personne venait à l'importuner de sorte à briser certaines de ses barrières, il pourrait se retrouver face à une prédatrice que l'on pourrait presque qualifier de psychopathe ; elle n'a aucune considération pour le bien et le mal et peut même le prouver par son utilisation de la legilimencie sur certaines personnes, démontrant une curiosité parfois morbide. Pour elle, il n'y a que des forts et des faibles, des prédateurs et des proies et elle refuse faire partie de la seconde catégorie. Cela fait d'elle une personne pouvant être dangereuse pour quelqu'un qui la caresse à rebrousse-poil au point de lui faire montrer les dents. Par ailleurs, il faut bien comprendre qu'elle saura se montrer maligne pour atteindre certains de ses objectifs, que ce soit, parce qu'elle est joueuse, humilier quelqu'un. Ce qu'elle pourrait faire également par vengeance, étant rancunière. Elle se montre aussi débrouillarde pour avoir de bonnes notes à certains cours qui la passionne, étant donné qu'elle est, contre toute attente, travailleuse.

Travailleuse, oui, mais aussi presque alcoolique, Léna ne se gênera donc jamais pour enfreindre le règlement, comme elle ne s'est jamais gênée pour enfreindre les règles de sa tante. Une tante qui, par ses actions et sans même le savoir, a façonné Alhena pour tout ce qui vient d'être décrit. Le dernier point est qu'elle l'a également dégoûté des moldus et des cracmols, faisant d'elle une personne raciste qui pense que les personnes dépourvues de pouvoir magique devraient être exterminés ou réduits à l'esclavage. Il faut par contre bien comprendre qu'elle considère que les nés-moldus, s'ils sont contrôlés par le ministère pour éviter qu'ils détériorent la noblesse du monde magique par des idées arrivistes, ont leur place dans cet univers, car ils sont arrivés à voler des pouvoirs à des faibles, pour s'élever à un rang supérieur au leur. Elle possède donc une forme de respect passif pour eux.

Enfin, quelqu'un qui arrivera à gratter la surface, encore et encore, sans se faire mordre la main, pourra découvrir un autre monde dans l'esprit même de la Shafiq. En effet, même si elle ne se l'avoue pas, Alhena est une simple adolescente en mal d'amour, qui déteste le monde qui l'entoure et qui préfère rester solitaire. La sang-pure pourrait être quelqu'un de loyale, qui serait prête à défendre ses amis bec et ongle et devenir presque courageuse pour eux, si seulement elle acceptait de s'ouvrir aux autres. Ces personnes pourraient également découvrir qu'Alhena possède l'âme d'une artiste. Elle adore dessiner et peut y passer des heures. C'est sa façon de relâcher la pression et d'extérioriser ses émotions. Pourtant, pour le moment, personne n'a le droit de le savoir. Elle se contente d'être moqueuse envers les personnes qui s'attachent aux autres, car elle est et restera, même si elle ne l'avouera jamais, jalouse.

Fiche de CaptainBen



Dernière édition par Alhena Shafiq le Jeu 29 Mar - 20:56, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhena ShafiqMétier/Étude : Sixième année.
Parchemins : 105
avatar

MessageSujet: Re: Alhena Shafiq ~ Une dangereuse prédatrice.   Mer 28 Mar - 12:20


Shafiq Alhena


YOUR HISTORY

« Ça commence par des mots, ça finit par des morts. »
Le 22 septembre 1980, Adria et Galaad Shafiq, jeunes parents d'Alhena, partirent pour explorer le tombeau d'un ancien sorcier connu pour posséder de nombreux trésors. Les archéologues et collectionneurs préparaient leur expédition depuis de nombreux mois et ils pensaient à tort revenir avant Noël.

Le premier janvier 1981, les corps des deux adultes furent retrouvés par une autre équipe d'archéologues qui les connaissaient. Ils ramenèrent le corps à Londres pour que l'on pût les enterrer. Il n'y eut pas énormément de monde à la grande cérémonie, si ce ne fût quelques sang-purs et sang-mêlés amis de la famille. Ils étaient morts face à une chimère qu'ils n'avaient pas eu le temps de fuir.

Cassidy Snow, née Shafiq, déshéritée, devint la seule famille proche de la petite Alhena et malgré le mécontentement de certains sang-purs – comme les Black, les Malfoy, les Lestrange ou encore les Selwyn, la mère d'Alhena en étant une de naissance et possédant un unique cousin qui avait réclamé sa garde – le ministère de la magie décida de la choisir comme tutrice. Sa lourde tâche était d'élever l'héritière et dernière représentante sorcière de la noble et ancienne maison Shafiq, elle-même, bien que cracmol, en étant une.Mauvais choix.

__________

La pensine. La pensine était une invention sorcière particulièrement utile pour les mages qui souhaitaient pouvoir visionner à nouveau leurs souvenirs. Elle permettait d'y réfléchir, d'analyser, parfois même de remarquer certains détails qui nous avaient échappé la première fois. Alhena n'utilisait pas une pensine. Non, elle n'avait pas cette chance et pourtant, elle se retrouvait contrainte de revivre ces souvenirs, les uns après les autres, sans rien pouvoir faire. Passive, elle ne pouvait que se contenter d'observer son impuissance face à son adversaire du moment et professeur. Puis, enfin, tout s'arrêta et elle put à nouveau prendre pied dans la réalité. Elle chuta directement et deux bras puissants la rattrapèrent.

« Je te l'ai déjà dit Shafiq, un bon Occlumens pourra retourner ton attaque contre toi si elle n'est pas assez puissante. En utilisant la Legilimencie, tu t'engages dans un combat mentale. Si tu perds, tu perds tes secrets, claqua la voix sèche de l'homme qui la remit sur pied sans ménagement.
Je sais Peterson ! » cracha la jeune femme avec colère.

Elle était à bout. Elle n'en pouvait plus, mais elle refusait de s'avouer vaincue. Alhena n'était pas du genre têtue, sauf quand quelque chose l'agaçait et son impossibilité de rentrer dans l'esprit de la personne face à elle l'irritait prodigieusement. Cela faisait plus d'un an qu'il l'entraînait, mais non, il n'y avait rien à faire, elle était plus faible que l'adulte d'une quarantaine d'années, alors qu'il n'était même pas Occlumens, seulement Legilimens comme elle voulait le devenir. Bien sûr, l'expérience faisait qu'il avait acquis de très bonne base dans l'art de défendre son esprit également, mais il ne l'avouait pas à la sang-pure. Son moteur était la colère, la rage, l'impuissance et il le savait très bien, alors lui avouer aurait été comme mettre un coup de frein à main brutale alors qu'ils se trouvaient sur l'autoroute, pour prendre une métaphore moldue comme il les aimait tant.

La jeune femme se redressa complètement, en sueur et souffla à plusieurs reprises. Elle se détourna du visage carré, possédant une fine barbe de trois jours, de son professeur et se dirigea vers le bureau qui se trouvait derrière elle. Sans ménagement pour son vêtement, elle enleva le débardeur qu'elle portait. Ainsi, elle laissait son corps bien trop svelte, aux os saillants, ne gardant que son soutif couleur bordeaux. Elle n'était pas du genre pudique en privé, même si elle en jouait en public, sans compter que garder un vêtement complètement trempé pour continuer ne l'enchantait pas. Elle se retourna ensuite vers son adversaire et pointa sa baguette vers lui. Elle l'interrogea du regard et il hocha la tête simplement pour lui faire comprendre qu'il était prêt.

« Legilimens ! » prononça distinctement la sixième année en pointant sa baguette vers le visage de Peterson.

Il ne fallut pas plus de cinq minutes à Andrew pour retourner son attaque contre elle et pénétrer son esprit, la forçant à revivre certains de ses souvenirs pour la sixième fois de la nuit.

**********

Alhena n'avait que cinq ans. Elle se trouvait dans le grand salon de la demeure des Shafiq, face à Cassidy et Austin Snow. Son oncle et sa tante se disputaient face à elle, sans aucune considération pour la jeune fille qui les observait avec des grands yeux baignés de larmes. De l'autre côté de la porte, uniquement visible pour elle, se trouvait son cousin Eliott qui pouffait à sachant ce qui allait lui arriver. Celui-ci l'avait convaincue de sortir dehors avec lui, alors que Tante Cassy lui avait explicitement interdit. Quand la femme était rentrée des courses, elle les avait vu rire dans le parc, sans se soucier du temps qui passât. La petite fille continuait de se masser la joue droite, la baffe que la femme d'une trentaine d'années lui avait mise était encore un souvenir vif et douloureux.

Depuis, les deux adultes se disputaient encore une fois pour savoir s'ils devaient se débarrasser d'elle, l'envoyer dans un orphelinat, à la portée des oreilles de la petite sorcière. Cassidy ne voulait pas, prétendant qu'Alhena devait être élevée pour devenir Lady Shafiq, sans compter l'argent qu'elle leur permettait d'avoir – c'était surtout cette raison qui la poussait à la garder – et son oncle essayait de convaincre sa femme que l'argent n'était pas un problème et qu'ils pourraient vivre sans, ainsi qu'elle devait faire son deuil du monde magique et que cette gamine – le terme qu'il avait employé était traînée – lui rappelait beaucoup trop, sans compter la présence de la créature hideuse qui ne répondait qu'à cette chieuse dans la demeure.


**********

Sept ans. Alhena grimaçait de douleur à cause de la pression qu'exerçait sa tante sur son poignet, alors qu'ils avançaient rapidement dans les rues de Londres. Certains passants se retournaient sur leurs passages, en voyant la gamine la tête basse et le corps tremblant. Elle avait peur et ça se voyait. Elle ne savait pas ce qu'elle allait écoper comme punition, mais elle ne doutait pas que ça n'allait pas être agréable. Finalement, la sang-pure reçut plusieurs coups ce jour-là. Elle n'eut pas de repas le soir et elle n'alla plus à l'école moldue où elle était inscrite avec son cousin, une école de riche, pendant une semaine sous prétexte qu'elle était malade, alors que sa tante voulait simplement l'avoir durant ce temps-là pour lui faire faire de nombreuses corvées comme punition, promettant à la Shafiq de tuer elle-même Lith si jamais l'elfe osait l'aider.

Certains enfants sont joyeux quand ils découvrent leurs pouvoirs. Alhena, elle, détesta la magie. Elle n'avait pas voulu transformer la craie du professeur en de nombreux vers de terres, mais il la grondait encore et encore parce qu'elle avait mal fait son devoir et elle avait simplement pris peur. Cette semaine-là fut très longue pour la pauvre enfant et elle découvrit pour la première fois une émotion qui ne la quitta plus du tout. Après la tristesse venait le temps de la colère.


**********

Neuf ans. Alhena était prostrée dans sa chambre, un crayon à la main, qui glissait avec une certaine grâce sur une feuille posée sur son bureau. Elle avait la langue légèrement sortie sous sa concentration. Son regard laissait voir une colère contenue qu'une enfant de son âge ne devrait pas posséder, mais elle n'y pouvait rien. Non loin de là, Lith, son elfe de maison personnelle, récitait encore et encore les mêmes mots, crachant sur sa tante, son oncle et son cousin. Elle le récitait presque comme un mantra.

« Indignes. Des êtres indignes et infâmes. La jeune maîtresse devrait autoriser à Lith de les chasser. Oui, elle devrait lui autoriser, mais la jeune maîtresse refuse. Lith ne comprend pas. »

Alhena ne l'écoutait que d'une oreille. Elle avait l'habitude de l'entendre dire la même chose depuis des années maintenant. Elle avait bien failli craquer et lui ordonner de les chasser, mais il ne le fallait pas. Elle ne voulait pas devenir une mauvaise personne comme eux.

Sa tante entra en trompe dans la chambre sans frapper et l'elfe disparut dans un craquement sec, comme Alhena le lui avait ordonné quand la femme arrivait en colère. Les yeux étincelants presque de rage, Cassidy lui colla presque son bulletin de note sous le nez, faisant loucher la sang-pure.

« Médiocre ! cria la femme plusieurs. Médiocre ! Tu n'as pas le droit d'avoir des notes comme ça, même en sport, tu m'entends ?! Tu n'en as pas le droit ! »

Elle la vit arriver de loin, mais elle ne chercha même pas à l'esquiver. C'était toujours pareil. Dès que sa tante trouvait un prétexte, elle la frappait ou la punissait depuis qu'elle avait quatre ans. Alhena avait bien compris qu'elle était devenue un punching-ball qui ne servait à sa tante qu'à relâcher la pression. Son oncle, lui, préférait simplement l'ignorer. Elle n'existait pas dans son esprit et son cousin... Son cousin la poussait à faire des erreurs, juste pour le plaisir malsain de la voir à nouveau pleurer.


**********

Onze ans. Alhena avait reçu sa lettre pour Poudlard. Elle devait avouer son contentement à l'idée même de quitter cette famille qui ne l'aimait pas. Malheureusement, pour pouvoir aller à Poudlard, il fallait d'abord passer par le chemin de traverse. La sang-pure connaissait le monde magique, Cassidy, bien que cracmol, avait mis un point d'honneur à lui présenter le monde sorcier qui était le sien. Après tout, elle disait toujours que la jeune fille deviendrait Lady Shafiq à sa majorité et qu'elle devait se comporter comme telle et avoir les connaissances requises. Ladite Shafiq présumait que c'était une simple excuse que Cassidy s'offrait pour pouvoir se regarder dans le miroir le soir sans avoir envie de vomir, vu tout ce que la sang-pure subissait avec sa tante. La journée avait été longue et difficile pour la petite qui s'était forcée à rester calme. Elle ne voulait pas attirer les foudres de la Snow ce jour-là. Il fallait que tout se passât bien, que tout fût parfait, alors elle se força plus que n'importe quel autre jour de sa vie.

Il ne restait plus que la boutique des baguettes magiques à visiter. Garrick Ollivander donnait l'impression de les attendre quand ils pénétrèrent dans la boutique. Il offrit un sourire mystérieux vers Alhena quand il la vit, avant de prendre la parole.

« Miss Shafiq, la salua-t-il avec un sourire mystérieux, alors qu'aucune de deux femmes ne s'était présentée.
Bonjour, répondit la sang-pure de façon neutre en regardant du coin de l’œil sa tante qui l'observait froidement.
Voyons ce qui va vous convenir, marmonna le sorcier en l'invitant à se placer à un endroit en particulier. Main gauche ou main droite ?
Main droite », répondit simplement la future élève.

Ollivander la mesura avec un mètre magique qui bougeait tout seul, prenant certaines mesures. Il alla ensuite chercher une baguette et la fit essayer à la demoiselle, mais elle brisa un vase. Elle explosa trois boîtes avec la seconde. Elle fissura une vitre avec la troisième. Elle continua ainsi, saccageant lentement, mais surement la boutique, petit à petit, sans jamais arriver à trouver la baguette qui lui conviendrait. Puis, finalement, après une vingtaine de baguettes différentes essayées – et alors qu'Alhena commençait à se demander sérieusement si elle allait pouvoir en avoir une un jour – l'homme parut avoir une idée. Il était toujours aussi vif et son regard s'était allumé d'un air curieux et attentif en continuant d'observer la petite fille. Il lui fit d'abord essayer une magnifique baguette en bois de houx qui possédait un ventricule de dragon, mais la Shafiq détruisit le lustre avec. Sans perdre son courage, Garrick lui fit essayer la seconde, toute aussi belle et bien entretenue et dès que la sorcière la tint en main, elle ressentit une grande chaleur se répandre dans tout son corps. La baguette émit un petit sifflement, comme une heureuse complainte et Shafiq ressentit un bien-être étrange.

« Je me souviens de toutes les baguettes qui ont choisi leur sorcier dans ma boutique, Miss Shafiq. Votre baguette n'est pas ce que l'on peut appeler une baguette "habituelle". Taillée dans un bois d'acacia et possédant pour cœur une plume de phénix, c'est une baguette capricieuse, pleine d'une certaine malice et qui n'hésitera pas à refuser vos ordres si elle ne les juge pas digne de sa grandeur, mais jamais, au grand jamais, elle n'autorisera quiconque que vous autre à l'utiliser. Il marqua une pause, avant de reprendre. Je désespérais de lui trouver un propriétaire, mais j'aurais dû me douter qu'elle vous choisirez vous. Vous êtes la future Lady Shafiq, après tout. »

Pendant son monologue, il s'était accroupi devant elle et sa tante avait sorti le nombre de gallions qu'il fallait pour payer la baguette. Ollivander lui offrit un sourire compatissant, connaissant le sort de ses parents et Alhena ne put s'empêcher de lui en rendre un entre tristesse et joie. Un sourire qui n'échappa malheureusement pas à sa tante, qui la tira sans ménagement en dehors de la boutique avec sa nouvelle acquisition en main, qu'elle serrait contre son cœur. Sa joie, toutefois, fut de courte durée, car à peine sortie de la boutique, Cassidy la retourna sèchement vers elle, pour qu'elle lui fît face.

« Depuis quand est-ce que je t'ai appris à sourire aux inconnus ?! » siffla la femme avec colère.

La gifle qui s'en suivit fut autant douloureuse qu'humiliante. Alhena s'échoua au sol avec force et retint ses larmes, alors que de nombreuses personnes se retournaient vers elle. Des personnes qu'elle ne voyait pas, n'ayant d'yeux que pour Cassidy. Celle-ci l'observait froidement et elle lui rendit un regard où pouvait transpirer tout son mépris pour la cracmol. La colère s'était insinuée dans tout son corps et, lentement, elle se métamorphosa en autre chose alors qu'elle ne lâchait pas des yeux Snow. La colère disparaissait dans une volute de fumée, pour laisser le brasier de la haine prendre sa place.

« Lith ! » cria finalement la fillette, toujours au sol, sous la surprise de Cassidy.

L'elfe apparut directement à ses côtés et lançant un regard méprisant vers la cracmol, avant de se tourner vers sa jeune maîtresse.

« Fais-moi transplaner dans ma chambre avec toutes mes nouvelles affaires, lui ordonna la future élève de Poudlard, avant de rajouter en regardant à nouveau Cassidy dans les yeux. Sans elle, elle se débrouille. »


**********

Le premier septembre 1991, Alhena se trouvait dans la grande salle. Contrairement aux autres enfants, elle n'avait pas de grand sourire aux lèvres. Elle était impressionnée, mais elle refusait de le montrer. La seule chose qui pouvait se lire sur son visage était du soulagement. Enfin, elle quittait l'enfer qu'était son Manoir à Londres pour elle, surtout depuis son coup de sang du chemin de travers. Cassidy lui avait fait payer et elle s'en souvenait encore que trop bien pour être réellement heureuse, sans compter qu'elle se retrouvât dans une école où elle ne connaissait personne, malgré que son nom fût connu comme faisant partie des 28 grandes familles de sang-pure. La dernière Shafiq avec des pouvoirs encore en vie, une gamine pommée qui haïssait ce qui restait de sa famille et qui se retrouvait avec le poids énorme d'un nom sur les épaules. Elle l'avait bien remarqué aux regards de certains, même si la présence du Grand Héros Harry Potter lui faisait très clairement de l'ombre.

Elle n'allait pas s'en plaindre, même si elle commença à ressentir de la jalousie. Elle aussi, elle aurait aimé être vue en héroïne et surtout, avoir eu la vie facile comme ce devait être le cas pour ce foutu binoclard. Sans doute que ses vêtements n'étaient que le reflet d'une famille pauvre. Après tout, comment aurait-elle pu penser une seule seconde que lui non plus n'avait pas vécu une vie facile. Elle avait beau ne pas être aimée, ou en tout cas, avoir cette impression et ne pas aimer sa famille, cela ne l'empêchait pas de posséder des vêtements parfaitement taillés, de marque, qui laissait deviner son statut de riche héritière.

Quand son nom se fit appeler, elle souffla lentement à plusieurs reprises avant de se diriger vers la directrice adjointe de l'école, qui lui posa sur la tête le couvre-chef qui les répartissait. Elle se foutait pas mal de la Maison dans laquelle elle allait se retrouver. Elle voulait juste pouvoir se fondre dans la masse, arrêter d'être le centre de toute l'attention. Ça la mettait mal à l'aise. Fais ça vite. Ce fut sa seule pensée, un ordre direct pour le Choixpeau Magique.


**********

Elle avait treize ans et rentrait réellement dans l'adolescence. Elle se trouvait encore dans son Manoir, attendant la fin des vacances avec une certaine impatience pour retourner à Poudlard. Elle rêvait d'y retourner, pour enfin échapper à la pression monstre qu'elle subissait dans cette demeure. Et puis, au moins, à Poudlard, les gens la regardaient. Ce n'était pas comme ici. Depuis la fin de sa première année, Cassidy avait décrété qu'Alhena était suffisamment mature pour s'occuper d'elle toute seule. Elle ne devait lui adresser la parole qu'en cas d'extrême nécessité. Depuis, d'une façon totalement inconsciente, la Shafiq avait adopté une attitude, au château, pour être remarquée. Elle voulait sentir les regards posés sur elle, parce qu'elle ne supportait pas d'être ignorée de la sorte. Paradoxalement, elle détestait ça, avoir l'impression d'avoir une cible sur le dos, autant pour les ragots que pour les regards envieux, mais elle préférait ça à passer complètement inaperçue. Elle ne voulait pas devenir l'un de ses fantômes au nom oublié. C'était ainsi qu'elle avait adopté sa démarche assurée et qu'elle s'était forcée de passer au centre des couloirs, sans jamais raser les murs comme certains le faisaient.

Pour en revenir à ce moment-là, la sorcière était dans sa chambre, comme la plupart du temps. Elle attendait que Lith lui apportât son repas, vu que c'était l'elfe qui lui faisait, comme c'était elle qui préparait ses vêtements où l'amenait faire ses achats. Shafiq savait que sans son elfe, elle ne s'en serait jamais sortie toute seule et elle lui en était très reconnaissante. Elle ne le montrait pas, par contre, étant donné les réactions violentes que certains elfes pouvaient avoir si on osait les remercier.

Un repas qui, finalement, n'arrivera jamais. Lith réapparut, catastrophée, avec plusieurs lettres en mains, dans un crac caractéristique. Quelques secondes après, Léna entendit un grand fracas à l'étage du dessous et haussa les sourcils vers son elfe, lui demandant silencieusement des explications.

« La jeune maîtresse ne doit pas être en colère. Lith n'a fait que reprendre ses possessions. Les êtres infâmes voulaient les brûler à la cheminée ! » s'exclama son serviteur, en brandissant les lettres, victorieuse.

La future troisième année acquiesça, avant de lui faire signe de s'approcher et de regarder les lettres. Il y avait sa liste de fourniture scolaire, mais également et surtout, une autorisation à faire signer par les parents ou tuteurs pour avoir le droit de sortir à Prés-au-Lard. Avec un grincement de dents, comprenant bien vite ce qu'avait voulu faire Cassidy, la sang-pure attrapa sa baguette posée sur sa table de chevet et sortit dans le couloir. Elle voulait la priver de toutes libertés, même à Poudlard ?! C'était hors de question ! Avec une vivacité qu'on ne lui connaissait pas, Alhena se rendit jusqu'au salon où Cassidy rageait sur le mobilier. La demoiselle faillit tomber en arrivant, mais elle parvint in extremis à se rattraper à la porte. Cassidy l'entendit et se tourna vers elle, rouge de colère.

« TOI ! cria-t-elle vers Alhena. Dis à ton elfe de dégager de cette demeure !
Non, répondit Léna sans se démonter, s'approchant lentement à la façon d'une prédatrice vers sa proie, la baguette pointée vers sa tante.
Tu n'as pas le droit d'utiliser la magie en dehors de l'école », cracha la Snow avec dédain en voyant la baguette.

Shafiq continua de se rapprocher, jusqu'à pouvoir déposer délicatement le bout de sa baguette, déjà incandescente à l'idée de faire payer à cette femme les années de sévices et d'humiliation.

« Tu veux parier ? siffla Alhena entre ses dents serrés par la rage, d'une voix basse. Beaucoup trop basse. Je peux te montrer si tu veux, mais tu ne vas pas aimer le voyage,
»

Le dernier mot avait été lancé avec mépris. Elle montra le parchemin, l'autorisation à faire signer, avant d'appuyer un peu plus sa baguette contre la gorge de sa tante.

« Tu vas signer ce papier. Tout de suite ! »

Sa tante s'exécuta, tremblante d'une peur qu'elle tentait tant bien que mal de cacher. La riche héritière ne le savait pas, mais elle lui faisait penser à sa mère sur le moment, la sorcière n'ayant jamais aimé Cassidy et se montrant particulièrement sévère envers elle et pouvant se montrer dangereuse quand elle n'était pas satisfaite des réponses ou des actions de sa belle-sœur cracmol. Après avoir signé, elle tendit le parchemin à une sang-pure particulièrement fière de son petit effet. Celle-ci se recula, continuant de pointer sa baguette vers la sœur de son père.

« Lith ! appela l'adolescente et l'elfe apparut directement. Prépare mes affaires pour Poudlard, prends ma clef pour le coffre et fais-nous transplaner dans l'arrière-cour du Chaudron Baveur.
Oui, ma jeune maîtresse, s'exclama l'elfe avant de disparaître à nouveau.
Où comptes-tu aller comme ça, sale traînée ? s'exclama Cassy qui reprenait un peu du poil de la bête.
Faire la pute », lui susurra la sang-pure avec un sourire narquois, le premier qu'elle lançait d'une très longue série.

Quelques secondes après, l'elfe apparaissait dans un crac, puis disparaissait avec la jeune femme. Elle passa le reste de ses vacances dans la meilleure suite de l'auberge. Elle fut particulièrement irritée d'apprendre que Potter était également dans l'établissement, mais elle se consola en faisant en sorte de complètement l'éviter.


**********

Un an plus tard, Alhena apparaissait à l'entrée de son Manoir, après un transplanage effectué par son elfe de maison. Cassidy se tourna vers elle, avec une expression surprise, comme si elle ne s'attendait pas à voir l'adolescente de presque quatorze ans. Sa tante plissa les yeux et s'approcher avec prudence de la presque quatrième année. Elle tendit alors une main impérieuse.

« Si tu veux vivre sous ce toit,
Princesse, tu me donnes ta baguette. »

Alhena plissa les yeux, mais finit par obtempérer. Parfois, elle pouvait se montrer bien idiote. À peine Cassidy avait-elle arraché la baguette qu'elle fit claquer sa main sur la joue d'Alhena avec force, sous le regard à la fois surpris et haineux de l'adolescente.

« Tu vas comprendre ce que ça fait d'avoir peur, espèce de petite salope, cracha Cassidy, plaçant sa baguette dans sa poche. Tu la récupéreras avant d'aller à Poudlard et crois-moi que toi, tu ne vas pas aimer le voyage. Je vais te faire réfléchir sur ton comportement. Lady Shafiq, ça ? Ton père se retournerait dans sa tombe s'il te voyait !
Mon père est mort et...
La ferme ! » siffla sa tante en lui mettant une nouvelle gifle.

L'été entier se passa ainsi, entre humiliations et corvées. Alhena atteint un stade de haine durant ces vacances, qu'elle faillit ordonner à son elfe de massacrer sa tante, son oncle et son cousin... Mais elle se retint. Elle ne voulait pas que quelqu'un d'autre le fît. Non, elle le ferait elle-même, quand elle en aurait la possibilité, donc à ses dix-sept ans. Elle le jura sur les tombes de ses parents. Elle les assassinerait.


**********

C'était le début de la cinquième année. L'été entre sa quatrième et sa cinquième année s'était plutôt bien passé. Elle avait gardé sa baguette, menaçant les deux moldus et la cracmol sous son toit que le premier qui l'approchait ou lui adressait la parole perdrait un membre. La menace avait fait mouche, personne ne l'avait importunée et elle avait pu faire ce qu'elle voulait. Ainsi, elle avait pu rencontrer Andrew Peterson à Pré-au-Lard, un de ses camarades lui ayant affirmé qu'il s'agissait d'un Legilimens. C'était précisément ce qu'il lui fallait, alors, elle s'y était rendue et avait ordonné à l'homme d'une quarantaine d'années de lui apprendre son don. Pour seule réponse, il lui avait claqué la porte au nez, mais elle était revenue, tous les jours et l'ordre s'était petit à petit transformé en demande et il avait fini par accepter quand elle avait même pensé au « s'il vous plaît ». Durant l'été, il lui avait surtout appris les bases théoriques, ne la croyant pas prête à passer à la pratique.

Et ce jour-ci, alors que septembre avait bien débuté, elle se trouvait chez lui, en pleine nuit, pour sa première leçon pratique. Il ne lui avait pas demandé les raisons de sa demande et d'une certaine façon, elle lui en était reconnaissante. L'homme n'était pas quelqu'un de méchant et sans doute aurait-il refusé s'il avait appris que l'intérêt premier d'Alhena pour ce pouvoir était la possibilité de faire souffrir une personne en violant littéralement son esprit, alors que lui aidait les autres avec. Non, elle n'avait pas l'intention d'aider, elle voulait avoir le pouvoir de faire souffrir d'un simple contact visuel, posséder ce pouvoir pour ne plus avoir peur de ne pas posséder sa baguette. Sa tante lui avait appris une chose, il ne fallait jamais que notre baguette nous échappât, sinon un sorcier était sans défense et elle le refusait. Elle voulait avoir une défense et pour elle, la meilleure défense était l'attaque. Une attaque mentale, directe, violente. Elle devait avouer aussi posséder une curiosité morbide. Elle voulait savoir ce que certaines personnes pensaient réellement d'elle et la légilimencie le lui permettrait à terme, elle le savait. Ce pouvoir était la possibilité de posséder une arme secrète, mais également la capacité de fouiner pour comprendre les personnes en face sans qu'ils s'en doutassent. C'était tout cela qui faisait qu'elle voulait devenir une legilimens et c'était pour ça qu'elle trépignait d'impatience à l'idée de commencer.

« Prête, Shafiq ? demanda Peterson.
Prête, répondit-elle.
Tu sais ce qu'il te reste à faire. »

Alhena acquiesça et pointa sa baguette vers Peterson, se concentrant comme il le fallait, du moins le croyait-elle, avant de lancer le sortilège. Il ne se passa absolument rien.

« Recommence. »

Elle essaya encore, mais comme pour son premier essaie, ce fut un lamentable échec.

« Encore ! »

Finalement, elle ne parvint pas à lancer le sortilège une seule fois cette nuit-là et elle n'y arriva pas non plus pendant plusieurs semaines après et, quand enfin elle y parvint, elle ne parvenait pas à pénétrer son esprit, se faisant renvoyer directement, puis pire, se prenant sa propre attaque quand il la passa prête à y faire face, ce qui commença à lui envoyer une rage violente en elle au fil de l'année qui passa, sans compter la présence de Dolores comme professeur qui faisait de Poudlard un pur enfer. Ce fut par pure contradiction avec cette femme qu'elle commença à ordonner à Lith de lui faire parvenir en cachette des bouteilles de whisky pur-feu après y avoir goûté ; elle buvait dans le château sous le nez du soit disant professeur de défense et c'était parfait, même si elle restait pour le moment plutôt raisonnable. Pour en revenir à Andrew, elle se promit de parvenir, également, à pénétrer son esprit pendant l'été qui approchait bien trop vite finalement, parce qu'elle voulait pouvoir pénétrer l'esprit des personnes de sa famille sans leur avouer. Elle voulait commencer par eux, pour se rassurer d'une certaine façon, par rapport à son souhait de les tuer.


**********

C'était l'été et Alhena buvait un verre de vin dans sa chambre, avec le sourire. Cette journée était pour elle à marquer d'une pierre blanche. Un village moldu avait été décimé par les mangemorts et, surtout, elle avait pu entrer dans l'esprit de son cousin et de son oncle. Il ne restait que sa tante à faire. Elle y parvenait sans baguette, uniquement en se concentrant suffisamment et sans cligner des yeux pendant une bonne minute. Quelque chose d'excessivement facile comparé à pénétrer l'esprit de Peterson dont elle n'avait toujours pas pu passer la barrière mentale, mais la Shafiq pensait que c'était forcément plus facile avec des moldus et des cracmols. Ils ne s'agissaient que de créatures faibles qui voulaient jouer les forts, après tout. Elle ne savait pas qu'elle y était arrivée parce qu'elles les haïssaient et que leur simple vue ravivait une colère qui ne la quittait jamais et ne faisait que dormir tapis dans son esprit, ne demandant qu'à sortir.

Elle trempait ses lèvres dans le vin quand elle entendit la porte s'ouvrir, laissant comprendre que Cassidy était rentrée. La sang-pure sourit et but son verre d'une traite, avant de descendre les escaliers en sous-vêtements, sans se préoccuper d'être vue. Elle avait remarqué que son cousin la regardait avec un peu trop d'insistance, alors qu'elle leur interdisait toujours de leur parler, sauf pour lui répondre quand elle disait elle-même quelque chose et ça l'amusait grandement.

« Bonjour Tante Cassy, susurra Alhena avec un sourire narquois en sa direction, faisant tourner sa baguette entre ses doigts avec nonchalance.
Ah... Heu... Bonjour Alhena...
Comment s'est passé ta journée ? » demanda Alhena, feignant être réellement intéressée.

Il lui arrivait fréquemment de s'amuser à jouer à la famille parfaite quand elle commençait à s'ennuyer, avec son oncle, sa tante et son cousin. Avec, bien entendu, toujours sa baguette à la main et un sourire narquois planté sur ses lèvres.

« J'ai passé une bonne journée Alhena, je te remercie et toi..?
Oh, oui, une journée parfaite. As-tu lu le journal Tante Cassy ?
O-oui, je l'ai lu... J'ai appris.
N'est-ce pas une excellente nouvelle ? » demanda finalement la future sixième année.

Cassidy la regarda, horrifiée et écarquilla les yeux vers elle. Le contact visuel était fait depuis suffisamment longtemps et elle n'eut qu'à pousser légèrement son esprit pour y entrer. Quand elle en sortit, elle avait un sourire dégoûté sur les lèvres et remonta vers sa chambre. Elle remarqua le pervers qui lui servait de cousin et pointa sa baguette sur lui en passant.

« Regarde-moi et je te crève les yeux. Je devrais pouvoir me balader nue chez moi sans avoir peur de me faire reluquer par un pervers. Je suis chez moi ici. »

Elle se dirigea ensuite vers sa chambre et attrapa un ouvrage destiné au dessin, qu'elle voulut ouvrir après s'être laissée tomber sur son lit. Elle laissa voir la première page, vierge, puis le début de la seconde, avant que tout s'arrêtât.

Elle refusait qu'Andrew vît ses dessins. C'étaient les siens, à personne d'autre et elle ne pouvait pas accepter qu'il les observât.


**********

Alhena éjecta Peterson de ses souvenirs avec force et elle souffla à de nombreuses reprises en reculant pour s'appuyer contre le bureau. Il en avait trop vu, bien plus qu'avant et il savait maintenant à quel point elle pouvait être dangereuse. Il fallait bien comprendre que la miss avait déjà basculé, d'une certaine façon. Elle était passée d'une adolescente à une psychopathe prête à tout pour arriver à ses fins. Il la regardait avec un regard neutre, peut-être las, comme s'il s'y était attendu et elle détesta son regard qu'elle vit comme plein de pitié.

Elle ne réfléchit pas une seconde et pointa sa baguette vers son visage, le sien déformé par la rage.

« Legilimens ! » siffla la prédatrice avec colère, ses yeux étincelants sous le coup de l'émotion.

L'homme n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il lui arrivait qu'il vit toutes ses barrières se briser sur le passage d'Alhena. Mentalement, il eut l'impression de se prendre un ouragan en pleine face. Comme il l'avait dit, son moteur était la rage, mais il n'avait pas remarqué à quel point elle pouvait en posséder et à quel point, chez elle, c'était violent. Ça ne dura pas plus d'une minute dans le monde réel et la riche héritière se retira d'elle-même, du sang coulant de son nez, en écho à celui qui s'échappait du nez de son interlocuteur. Il lui envoya un regard fatigué, avant de prendre la parole d'une voix froide.

« Dégage, j'ai plus rien à t'apprendre. »

Alhena récupéra son débardeur et l'enfila de travers, avant d'ouvrir la bouche vers Andrew, qui la coupa net.

« J'ai dit : dégage. »

Elle ne comprenait pas ce qu'il lui prenait, alors elle se contenta de soupirer et de quitter l'appartement. Elle appela Lith pour qu'elle la fît transplaner à l'intérieur d'Honeydukes et elle put ainsi prendre le passage secret pour retourner à Poudlard sans problème. Elle arriva même jusqu'à sa salle commune sans se faire repérer par un professeur ou un préfet, mais au final, elle préféra se rendre dans une salle vide qu'elle verrouilla de l'intérieur. Elle ne dormit pas énormément cette nuit-là, se soûlant complètement la gueule à grand coup de whisky. Le Lord Noir allait gagner la guerre, ce n'était plus qu'une question de temps, elle était parvenue à passer ses barrières, prouvant enfin qu'elle était une legilimens – même si illégale, ne s'étant pas déclarée au ministère – et les deux idées la rendaient presque heureuse d'une certaine façon, mais en même temps, elle venait de perdre la seule personne qui lui avait fait penser, un tant soit peu, à un père. Pourquoi but-elle ? Elle-même ne le sut pas vraiment au final.

Ce n'était que septembre de la nouvelle année. Une nouvelle année qui commençait bien...

BEHIND THE SCREEN



Derrière ton écran

• PSEUDO :
Alhena ou Léna suffira.
• ÂGE :
23 ans.
• FRÉQUENCE DE CONNEXION :
Ça dépendra de mes disponibilités.
• CODE DE VALIDATION :
Code validé par Tonks
• TON AVIS SUR LE FORUM :
C'est un forum prometteur, pour son contexte, son organisation !
• PETIT MOT DE LA FIN :
Lord Voldemort est le Seigneur des Ténèbres, je veux être sa Lady !

Fiche de CaptainBen



Dernière édition par Alhena Shafiq le Jeu 29 Mar - 20:58, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Draco L. MalfoyMétier/Étude : Élève à Poudlard, 6ème année
Parchemins : 95
avatar
Death Eater & Quiddich
Death Eater & Quiddich
MessageSujet: Re: Alhena Shafiq ~ Une dangereuse prédatrice.   Mer 28 Mar - 13:45
Bienvenue Bonne chance pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nymphadora TonksMétier/Étude : Auror
Parchemins : 92
avatar
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Alhena Shafiq ~ Une dangereuse prédatrice.   Mer 28 Mar - 14:26
Hey!

Bienvenue parmi nous et ta vava est vraiment très jolie !

Je te souhaite bon courage pour la rédaction de ta fi-fiche et n'hésite pas à venir nous voir, Remus ou moi, pour nous poser la moindre question. On te répondra avec plaisir.


I lost the moment when I believed in the utopia. They scoff at rules, corrupt their ideals. I eliminate the unreliability, the lie, the chaos. Be wary, Invité or Que Sombre Le Jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhena ShafiqMétier/Étude : Sixième année.
Parchemins : 105
avatar

MessageSujet: Re: Alhena Shafiq ~ Une dangereuse prédatrice.   Mer 28 Mar - 16:03
Coucou !

Je vous remercie pour votre accueil ! Je travaille sur ma fiche et si jamais j'ai une question, je penserai à vous directement !

Encore merci à vous deux...

Surtout pour mon ami sang-pur.

Des bisous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nymphadora TonksMétier/Étude : Auror
Parchemins : 92
avatar
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Alhena Shafiq ~ Une dangereuse prédatrice.   Jeu 29 Mar - 20:39
@Alhena Shafiq

Avant de commencer sache que j'ai beaucoup apprécié la lecture de ta fiche. C'est complet et ton personnage est... une folle.

Cependant, avant de te valider, il y a deux choses que j'aimerai que tu modifies :

• Après tout, s'ils sont capables de voler des pouvoirs à un autre sorcier, qui devient cracmol, ça veut dire que cette personne était simplement trop faible et indigne pour posséder la magie.
>> Alors, non. Ce n'est possible. On ne peut pas dérober la magie d'un sorcier. Un Cracmol naît ainsi. C'est pourquoi tous ces passages où tu en parles ne tiennent pas la route.

• Après tout, cette baguette appartenait à votre mère, Lady Adria Shafiq.
>> Pour le coup, tu n'es pas logique avec ton dialogue. En effet, tu expliques que la baguette n'accepte aucun autre propriétaire que celui d'origine, Alhena, donc. Cependant, tu termines ton dialogue en révélant que ladite baguette appartenait à feu sa mère. Tu te contredis, en fait.

Tu n'as que ces deux détails à corriger et tout sera poarfait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nymphadora TonksMétier/Étude : Auror
Parchemins : 92
avatar
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Alhena Shafiq ~ Une dangereuse prédatrice.   Jeu 29 Mar - 21:09

Ta fiche est validée
« Tu es admis à Slytherin »




Toutes nos félicitations, ta fiche a été validé ! Tu fais partie de la fière Maison des Slytherin, reconnu pour être les plus rusé et les plus ambitieux.

Il te reste cependant, certaines choses à effectuer avant de pouvoir te mettre à rp à ta guise.

En effet, il te faut d'abord enregistrer ton personnage afin que ton avatar puisse être noté (www), mais aussi d'enregistre ton Sang(www) afin que cela puisse être recensé. Afin de gagner des points — que nous appelons ici Chocogrenouilles —, il te suffit de créer votre fiche www, où tu pourras effectuer ta demande en fonction de ce que tu fais (www). Il te sera également possible de les dépenser selon tes besoins (www). Tu peux également gagner des Chocogrenouilles en allant voter dans les TopSites (www) ou allant participer à une intrigue (www). N'oublies également pas de te tenir au courant des différentes Mises à Jour du forum (www), mais surtout de créer ta fiche de lien (www) ainsi que ton journal de bord (www).

BY .SOULMATES



I lost the moment when I believed in the utopia. They scoff at rules, corrupt their ideals. I eliminate the unreliability, the lie, the chaos. Be wary, Invité or Que Sombre Le Jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Alhena Shafiq ~ Une dangereuse prédatrice.   
Revenir en haut Aller en bas
 

Alhena Shafiq ~ Une dangereuse prédatrice.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Plante dangereuse
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]
» Promenade dangereuse(PV fleur enflamée)FINIII
» Une enquète dangereuse[Terminé]
» une chasse dangereuse !!(tornade des plaines)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nimis Humilis :: Racontez l'histoire ... :: Le Choixpeau Magique :: Fiches terminées-